Les éléments qui différencient le savon artisanal au savon industriel

Le savon fut pendant quelque
temps mis de côté suite à l’apparition du gel douche et ses nombreux parfums.
Depuis peu, il revient en force sur le marché grâce à l’arrivée du savon naturel.
Aujourd’hui, bon nombre de personnes privilégient le savon aux gels douches en
raison des divers bienfaits qu’il offre et de son prix plus abordable. Il faut
toutefois savoir que les savons se déclinent en deux sortes, à savoir le savon
naturel et le savon industriel. Ce dernier ne procure pas les mêmes bienfaits
que le savon naturel, de ce fait, il est important de savoir faire la
différence entre ces deux savons. Pour ce faire, ce billet parlera des éléments
permettant de distinguer le savon naturel et le savon industriel.

Des méthodes de
fabrication distinctes

À titre d’information, le savon
est obtenu par saponification
d’huiles
ou de graisses par une base de lessive comme la soude caustique
(savon liquide) ou l’hydroxyde de sodium (soude). Lorsque la soude est mise en
contact avec un corps gras, les molécules se mélangent pour donner lieu à des
molécules de savon et de la glycérine. La réaction chimique qui permet ce
processus de fabrication est appelée la saponification. Cette dernière peut
être réalisée à chaud ou à froid, d’où la différence entre savon naturel et
savon industriel.

  • La saponification à froid par une savonnerie
    artisanale

Le savon naturel est produit à
partir d’une méthode de saponification
à froid par une savonnerie artisanale
. Pour ce faire, les corps gras sont
mélangés à une solution de soude avec une saponification à basse température.
La réaction est achevée lorsque l’un des actifs (huile ou soude) est totalement
épuisé. Au fur et à mesure que la pâte s’épaissit, les ingrédients plus
fragiles sont ajoutés, à l’instar des extraits de plantes et les huiles
essentielles. Après la disparition de la soude, une glycérine naturelle se
crée. La saponification à froid est une réaction lente et nécessite que le
savon soit séché à l’air libre au moins pendant 4 semaines. Avec cette méthode,
les huiles ne sont pas dénaturées et conservent donc toutes leurs propriétés.

  • La saponification à chaud par une société
    industrielle

La fabrication de savon
industriel recourt à la saponification à chaud. Les corps gras sont chauffés à
haute température et sont mélangés avec la soude bouillante afin d’accélérer la
réaction de la saponification. La pâte est chauffée pendant plusieurs heures,
voire plusieurs jours. Après cela, on ajoute des parfums et des actifs
hydratants ou des exfoliants. D’une manière générale, on utilise des matières
grasses peu qualitatives, telles que l’huile de palme ou le suif de bœuf. Au
bout de la réaction, la glycérine et la soude caustique issues de la réaction
sont éliminées des cuves. Une fois que la pâte est séchée, on la réduit en
copeaux ou en billes qu’on appelle les bondillons de savon. Durant le processus
de saponification à chaud jusqu’à l’obtention des bondillons de savon, les
huiles perdent leurs propriétés et le savon ne contient plus de glycérine.

Des composants
différents

La recette pour la fabrication
du savon naturel et du savon industriel est identique, à savoir la
saponification d’un corps gras avec de la soude. Bien que la recette soit la
même, les deux types de savon se distinguent par leurs composants.

  • Les composants du savon naturel

Le savon artisanal ou naturel
peut se targuer d’utiliser une composition plus saine et raisonnée en
comparaison du savon industriel. En effet, le savon saponifié à froid est
constitué d’ingrédients issus de la nature et dont les nutriments procurent des
bienfaits pour la peau. Ainsi, il est intégralement constitué d’huiles
végétales, d’huiles essentielles et d’ingrédients naturels ou biologiques pour
sa fabrication.

  • Les composants du savon industriel

À la différence du savon
naturel, le savon industriel est constitué d’une longue liste d’ingrédients,
dont des substances synthétiques. À cet effet, on trouve souvent dans ces types
de savons saponifiés à chaud des composants polémiques tels que l’EDTA, des
azocolorants et des parfums d’origines chimiques soupçonnés d’être
cancérigènes.